Cas d’utilisation 3 — Coexistence de flux Jumbo et non-Jumbo sur le même ensemble d’interfaces

Prenons un exemple dans lequel les serveurs virtuels d’équilibrage de charge LBVS-1 et LBVS-2 sont configurés sur l’appliance Citrix ADC NS1. LBVS-1 est utilisé pour équilibrer la charge du trafic HTTP entre les serveurs S1 et S2, et LBVS-2 est utilisé pour équilibrer la charge du trafic entre les serveurs S3 et S4.

CL1 est sur VLAN 10, S1 et S2 sur VLAN20, CL2 sur VLAN 30, et S3 et S4 sur VLAN 40. VLAN 10 et VLAN 20 prennent en charge les trames jumbo, et VLAN 30 et VLAN 40 ne prennent en charge que les trames régulières.

En d’autres termes, la connexion entre CL1 et NS1 et la connexion entre NS1 et le serveur S1 ou S2 prennent en charge les trames jumbo. La connexion entre CL2 et NS1 et la connexion entre NS1 et le serveur S3 ou S4 ne prennent en charge que les trames régulières.

L’interface 10/1 de NS1 reçoit ou envoie du trafic depuis ou vers des clients. L’interface 10/2 de NS1 reçoit ou envoie du trafic depuis ou vers les serveurs.

L’interface 10/1 est liée à VLAN 10 et VLAN 30 en tant qu’interface balisée, et l’interface 10/2 est liée à VLAN 20 et VLAN 40 en tant qu’interface balisée.

Pour la prise en charge des trames jumbo, le MTU est réglé sur 9216 pour les interfaces 10/1 et 10/2.

Sur NS1, le MTU est défini sur 9000 pour VLAN 10 et VLAN 20 pour la prise en charge des trames jumbo, et le MTU est défini sur la valeur par défaut 1500 pour VLAN 30 et VLAN 40 pour la prise en charge uniquement des trames régulières.

Le MTU effectif sur une interface Citrix ADC pour les paquets balisés VLAN est du MTU de l’interface ou du MTU du VLAN, la valeur la plus faible étant retenue. Par exemple :

  • Le MTU de l’interface 10/1 est 9216. Le MTU de VLAN 10 est 9000. Sur l’interface 10/1, le MTU des paquets balisés VLAN 10 est 9000.
  • Le MTU de l’interface 10/2 est 9216. Le MTU du VLAN 20 est 9000. Sur l’interface 10/2, le MTU des paquets balisés VLAN 20 est 9000.
  • Le MTU de l’interface 10/1 est 9216. Le MTU du VLAN 30 est 1500. Sur l’interface 10/1, le MTU des paquets balisés VLAN 30 est 1500.
  • Le MTU de l’interface 10/2 est 9216. Le MTU du VLAN 40 est 1500. Sur l’interface 10/2, le MTU des paquets balisés VLAN 40 est 9000.

CL1, S1, S2 et tous les périphériques réseau situés entre CL1 et S1 ou S2 sont configurés pour les trames jumbo.

Puisque le trafic HTTP est basé sur TCP, les MSSS sont définis en conséquence à chaque point d’extrémité pour la prise en charge des trames jumbo.

  • Pour la connexion entre CL1 et le serveur virtuel LBVS-1 de NS1, le MSS sur NS1 est défini dans un profil TCP, qui est ensuite lié à LBVS-1.
  • Pour la connexion entre une adresse SNIP de NS1 et S1, le MSS sur NS1 est défini dans un profil TCP, qui est ensuite lié au service (SVC-S1) représentant S1 sur NS1.

jumbo uc3

Le tableau suivant répertorie les paramètres utilisés dans cet exemple : Les cadres Jumbo utilisent le cas 3 exemples de paramètres.

Voici le flux de trafic de la demande de CL1 à S1 :

  1. Le client CL1 crée une requête HTTP de 20000 octets à envoyer au serveur virtuel LBVS-1 de NS1.
  2. CL1 ouvre une connexion à LBVS-1 de NS1. CL1 et NS1 échangent leurs valeurs MSS TCP tout en établissant la connexion.
  3. Étant donné que la valeur MSS de NS1 est inférieure à la requête HTTP, CL1 segmente les données de la demande en multiples de MSS de NS1 et envoie ces segments dans des paquets IP marqués VLAN 10 à NS1.
    • Taille des deux premiers paquets =[En-tête IP+ En-tête TCP + (Segment TCP = NS1 MSS)]=[20 + 20 + 8960]= 9000
    • Taille du dernier paquet = [En-tête IP + en-tête TCP + (segment TCP restant)] = [20 + 20 + 2080] = 2120
  4. NS1 reçoit ces paquets à l’interface 10/1. NS1 accepte ces paquets car la taille de ces paquets est égale ou inférieure à la MTU effective (9000) de l’interface 10/1 pour les paquets balisés VLAN 10.
  5. À partir des paquets IP, NS1 assemble tous les segments TCP pour former la requête HTTP de 20000 octets. NS1 traite cette demande.
  6. L’algorithme d’équilibrage de charge de LBVS-1 sélectionne le serveur S1 et NS1 ouvre une connexion entre l’une de ses adresses SNIP et S1. NS1 et CL1 échangent leurs valeurs MSS TCP respectives lors de l’établissement de la connexion.
  7. NS1 segmente les données de demande en multiples de MSS de S1 et envoie ces segments dans des paquets IP marqués VLAN 20 vers S1.
    • Taille des deux premiers paquets =[En-tête IP + en-tête TCP + (TCP Payload=S1 MSS)]=[20 + 20 + 8960]= 9000
    • Taille du dernier paquet = [En-tête IP + en-tête TCP + (segment TCP restant)] = [20 + 20 + 2080] = 2120

Voici le flux de trafic de la réponse de S1 à CL1 :

  1. Le serveur S1 crée une réponse HTTP de 30000 octets à envoyer à l’adresse SNIP de NS1.
  2. S1 segmente les données de réponse en multiples de MSS de NS1 et envoie ces segments dans des paquets IP marqués VLAN 20 vers NS1. Ces paquets IP proviennent de l’adresse IP de S1 et sont destinés à l’adresse SNIP de NS1.
    • Taille des trois premiers paquets = [En-tête IP+ En-tête TCP + (Segment TCP = taille MSS de NS1)] = [20 + 20 + 8960] = 9000
    • Taille du dernier paquet = [En-tête IP + en-tête TCP + (segment TCP restant)] = [20 + 20 + 3120] = 3160
  3. NS1 reçoit les paquets de réponse à l’interface 10/2. NS1 accepte ces paquets, car leur taille est égale ou inférieure à la valeur MTU effective (9000) de l’interface 10/2 pour les paquets balisés VLAN 20.
  4. À partir de ces paquets IP, NS1 assemble tous les segments TCP pour former la réponse HTTP de 30000 octets. NS1 traite cette réponse.
  5. NS1 segmente les données de réponse en multiples de MSS de CL1 et envoie ces segments dans des paquets IP marqués VLAN 10, de l’interface 10/1 à CL1. Ces paquets IP proviennent de l’adresse IP de LBVS et sont destinés à l’adresse IP de CL1.
    • Taille des trois premiers paquets = [En-tête IP + en-tête TCP + [(TCP Payload=taille MSS de CL1)] = [20 + 20 + 8960] = 9000
    • Taille du dernier paquet = [En-tête IP + en-tête TCP + (segment TCP restant)] = [20 + 20 + 3120] = 3160

Tâches de configuration

Le tableau suivant répertorie les tâches, les commandes et les exemples de création de la configuration requise sur l’appliance Citrix ADC :Les trames jumbo utilisent des tâches de configuration de cas 3.

Cas d’utilisation 3 — Coexistence de flux Jumbo et non-Jumbo sur le même ensemble d’interfaces