Aperçu de l’architecture

Les trois entités qui font partie d’un déploiement Citrix ADC-Thales sont un module Thales nShield Connect, un serveur de fichiers distant (RFS) et un contrôleur Citrix ADC.

Thales nShield Connect est un module de sécurité matériel connecté au réseau. Le RFS permet de configurer le HSM et de stocker les fichiers de clés chiffrées.

Hardserver, un démon propriétaire fourni par Thales, est utilisé pour la communication entre le client (ADC), le Thales HSM et le RFS. Il utilise le protocole de communication sécurisé IMPATH. Un démon de Gateway, appelé passerelle du serveur dur, est utilisé pour communiquer entre le moteur de paquets Citrix ADC et le serveur dur.

Remarque : Les termes Thales nShield Connect, Thales HSM et HSM sont utilisés de manière interchangeable dans cette documentation.

La figure suivante illustre l’interaction entre les différents composants.

Présentation de l'architecture Thales

Dans un déploiement standard, le RFS est utilisé pour stocker en toute sécurité les clés générées par le HSM. Une fois les clés générées, vous pouvez les transférer en toute sécurité vers ADC, puis utiliser l’interface graphique ou la ligne de commande pour charger les clés dans le HSM. Un serveur virtuel sur ADC utilise Thales pour décrypter l’échange de clés client pour terminer la poignée de main SSL. Par la suite, toutes les opérations SSL sont effectuées sur ADC.

Remarque : Les termes clés et jetons de clé d’application sont utilisés de manière interchangeable dans cette documentation.

La figure suivante illustre le flux de paquets dans la poignée de main SSL avec Thales HSM.

Figure 1. Schéma de flux des paquets SSL Handshake avec Citrix ADC utilisant Thales HSM

Poignée de main SSL avec Thales

Remarque : La communication entre ADC et le HSM utilise un protocole de communication propriétaire de Thales, appelé IMPATH.

Aperçu de l’architecture