Citrix Application Delivery Management 13.0

Architecture

La base de données Citrix Application Delivery Management (ADM) est intégrée au serveur et le serveur gère tous les processus clés, tels que la collecte de données et les appels NITRO. Dans son magasin de données, le serveur stocke un inventaire des détails d’instance, tels que le nom d’hôte, la version du logiciel, la configuration en cours d’exécution et enregistrée, les détails du certificat, les entités configurées sur l’instance. Un déploiement de serveur unique est adapté si vous souhaitez traiter de petites quantités de trafic ou stocker des données pendant une durée limitée.

Actuellement, ADM prend en charge deux types de déploiements logiciels : serveur unique et haute disponibilité.

L’image suivante montre les différents sous-systèmes d’ADM et comment la communication se produit entre le serveur ADM et les instances gérées.

image localisée

Le sous-système Service dans ADM agit comme un serveur Web qui gère les requêtes HTTP et les réponses envoyées aux sous-systèmes dans ADM à partir de l’interface graphique ou de l’API, à l’aide des ports 80 et 443. Ces demandes sont envoyées aux sous-systèmes via le bus de messages (système de traitement des messages) à l’aide du mécanisme IPC (communication inter-processus). Une demande est envoyée au sous-système Contrôle, qui traite les informations ou les envoie au sous-système approprié. Chacun des autres sous-systèmes (Inventaire, Stylebooks, Data Collector, Configuration, AppFlow Decoder, AppFlow Analytics, Performance, Events, Entités, SLA Manager, Provisioner et Journal) a un rôle spécifique.

Les plug-ins d’instance sont des bibliothèques partagées qui sont uniques à chaque type d’instance pris en charge par ADM. Les informations sont transférées entre ADM et les instances gérées à l’aide d’appels NITRO ou via le protocole SNMP, Secure Shell (SSH) ou Secure Copy (SCP). Ces informations sont ensuite traitées et stockées dans la base de données interne (banque de données).

Architecture