Citrix Hypervisor

VM Linux

Lorsque vous souhaitez créer une machine virtuelle Linux, créez la machine virtuelle à l’aide d’un modèle pour le système d’exploitation que vous souhaitez exécuter sur la machine virtuelle. Vous pouvez utiliser un modèle fourni par Citrix Hypervisor pour votre système d’exploitation ou un modèle que vous avez créé précédemment. Vous pouvez créer la machine virtuelle à partir de XenCenter ou de l’interface de ligne de commande. Cette section se concentre sur l’utilisation de l’interface de ligne de commande.

Remarque :

Pour créer une machine virtuelle d’une mise à jour mineure plus récente d’une version RHEL que celle prise en charge pour l’installation par Citrix Hypervisor, procédez comme suit :

  • Installer à partir des derniers supports pris en charge
  • Utiliseryum update pour actualiser la machine virtuelle

Ce processus s’applique également aux dérivés RHEL tels que CentOS et Oracle Linux.

Nous vous recommandons d’installer Citrix VM Tools pour Linux immédiatement après l’installation du système d’exploitation. Pour de plus amples informations, consultez Installer Citrix VM Tools pour Linux.

La vue d’ensemble de la création d’une machine virtuelle Linux est la suivante :

  1. Créez la machine virtuelle pour votre système d’exploitation cible à l’aide de XenCenter ou de l’interface de ligne de commande.

  2. Installez le système d’exploitation à l’aide du support d’installation du fournisseur.

  3. Installez les Citrix VM Tools pour Linux (recommandé).

  4. Configurez l’heure et le fuseau horaire appropriés sur la machine virtuelle et le VNC comme vous le feriez dans un environnement non virtuel normal.

Citrix Hypervisor prend en charge l’installation de nombreuses distributions Linux en tant que machines virtuelles.

Avertissement :

Le modèle Autre support d’installation est destiné aux utilisateurs avancés qui souhaitent essayer d’installer des machines virtuelles exécutant des systèmes d’exploitation non pris en charge. Citrix Hypervisor a été testé en exécutant uniquement les distributions prises en charge et les versions spécifiques couvertes par les modèles standard fournis. Les machines virtuelles installées à l’aide du modèle Autre support d’installationne sont pas prises en charge.

Pour plus d’informations sur des distributions Linux spécifiques, voir Notes d’installation pour les distributions Linux.

Distributions Linux prises en charge

Pour obtenir la liste des distributions Linux prises en charge, consultez Prise en charge des systèmes d’exploitation invités.

Les autres distributions Linux ne sont pas prises en charge. Toutefois, les distributions qui utilisent le même mécanisme d’installation que Red Hat Enterprise Linux (par exemple, Fedora Core) peuvent être installées avec succès à l’aide du même modèle.

Créer une machine virtuelle Linux

Cette section présente la procédure CLI pour créer une machine virtuelle Linux en installant le système d’exploitation à partir d’un CD/DVD physique ou d’une image ISO accessible au réseau.

  1. Créez une machine virtuelle à partir du modèle approprié. L’UUID de la machine virtuelle est retourné :

    xe vm-install template=template-name new-name-label=vm-name
    <!--NeedCopy-->
    
  2. Ajoutez un CD-ROM virtuel à la nouvelle machine virtuelle :

    • Si vous effectuez l’installation à partir d’un CD ou d’un DVD, obtenez le nom du lecteur de CD physique sur le serveur Citrix Hypervisor :

       xe cd-list
       <!--NeedCopy-->
      

      Le résultat de cette commande vous donne quelque chose comme SCSI 0:0:0:0 pour le champ name-label.

      Utilisez ce paramètre de valeur comme paramètre cd-name:

       xe vm-cd-add vm=vm_name cd-name="host_cd_drive_name_label" device=3
       <!--NeedCopy-->
      
    • Si vous effectuez une installation à partir d’une ISO accessible au réseau, utilisez le nom de l’ISO de l’étiquette de bibliothèque ISO comme valeur du paramètre cd-name:

       xe vm-cd-add vm=vm_name cd-name="iso_name.iso" device=3
       <!--NeedCopy-->
      
  3. Insérez le CD d’installation du système d’exploitation dans le lecteur de CD du serveur Citrix Hypervisor.

  4. Ouvrez une console sur la machine virtuelle avec XenCenter ou un terminal SSH et suivez les étapes pour effectuer l’installation du système d’exploitation.

  5. Démarrez la machine virtuelle. Il démarre directement dans le programme d’installation du système d’exploitation :

    xe vm-start uuid=UUID
    <!--NeedCopy-->
    
  6. Installez les utilitaires invités et configurez l’affichage graphique. Pour plus d’informations, consultez Installer les Citrix VM Tools pour Linux.

Créer une machine virtuelle Linux à l’aide du démarrage PXE

Vous pouvez utiliser le démarrage PXE pour installer le système d’exploitation de votre machine virtuelle Linux. Cette approche peut être utile lorsque vous devez créer de nombreuses machines virtuelles Linux.

Pour effectuer l’installation à l’aide du démarrage PXE, configurez les conditions préalables suivantes sur le réseau sur lequel se trouvent vos machines virtuelles Linux :

  • Serveur DHCP configuré pour diriger toutes les demandes d’installation de démarrage PXE vers le serveur TFTP
  • Serveur TFTP qui héberge les fichiers d’installation pour le système d’exploitation Linux

Lors de la création de la machine virtuelle Linux, exécutez les commandes suivantes :

  1. Créez une machine virtuelle à partir du modèle approprié. L’UUID de la machine virtuelle est retourné :

    xe vm-install template=template-name new-name-label=vm-name
    <!--NeedCopy-->
    
  2. Définissez l’ordre de démarrage pour démarrer à partir du disque puis du réseau :

    xe vm-param-set uuid=<UUID> HVM-boot-params:order=cn
    <!--NeedCopy-->
    
  3. Démarrez la machine virtuelle pour démarrer l’installation de démarrage PXE :

    xe vm-start uuid=<UUID>
    <!--NeedCopy-->
    
  4. Installez les utilitaires invités et configurez l’affichage graphique. Pour plus d’informations, consultez Installer les Citrix VM Tools pour Linux.

Pour plus d’informations sur l’utilisation du démarrage PXE pour installer des systèmes d’exploitation Linux, consultez la documentation du système d’exploitation :

Installer les Citrix VM Tools pour Linux

Bien que toutes les distributions Linux prises en charge soient paravirtualisées en mode natif (et n’ont pas besoin de pilotes spéciaux pour des performances optimales), Citrix VM Tools pour Linux fournit un agent invité. Cet agent invité fournit des informations supplémentaires sur la machine virtuelle à l’hôte. Installez l’agent invité sur chaque machine virtuelle Linux pour activer Dynamic Memory Control (DMC).

Il est important de garder l’agent invité Linux à jour lorsque vous mettez à niveau votre serveur Citrix Hypervisor. Pour plus d’informations, consultez Mise à jour des noyaux Linux et utilitaires invités.

Remarque :

Avant d’installer l’agent invité sur un invité SUSE Linux Enterprise Desktop ou Server 15, assurez-vous que insserv-compat-0.1-2.15.noarch.rpm est installé sur l’invité

Pour installer les Citrix VM Tools pour Linux :

  1. Téléchargez le fichier Citrix VM Tools pour Linux à partir de la page de téléchargement de Citrix Hypervisor.

  2. Copiez le LinuxGuestTools-xxx.tar.gz fichier sur votre machine virtuelle Linux ou sur un lecteur partagé auquel la machine virtuelle Linux peut accéder.

  3. Extrayez le contenu du fichier tar : tar -xzf LinuxGuestTools-xxx.tar.gz

  4. Exécutez le script d’installation en tant qu’utilisateur root :

    /<extract-directory>/install.sh
    <!--NeedCopy-->
    
  5. Si le noyau a été mis à niveau ou si la machine virtuelle a été mise à niveau à partir d’une version précédente, redémarrez la machine virtuelle maintenant.

Notes d’installation pour les distributions Linux

Cette section suivante répertorie les informations de configuration spécifiques au fournisseur à prendre en compte avant de créer les machines virtuelles Linux spécifiées.

Pour obtenir des notes de mise à jour plus détaillées sur toutes les distributions, reportez-vous à la section Notes de mise à jour de Linux VM.

Red Hat Enterprise Linux* 7 (32-64 bits)

Le nouveau modèle pour ces invités spécifie 2 Go de RAM. Cette quantité de RAM est requise pour une installation réussie de la version 7.4 et ultérieure. Pour les versions 7.0 à 7.3, le modèle spécifie 2 Go de RAM, mais comme pour les versions précédentes de Citrix Hypervisor, 1 Go de RAM est suffisant.

Remarque :

Ces informations s’appliquent à la fois aux dérivés Red Hat et Red Hat.

Référentiels Apt (Debian)

Pour les installations rares ou ponctuelles, il est raisonnable d’utiliser directement un miroir Debian. Toutefois, si vous avez l’intention d’effectuer plusieurs installations de machines virtuelles, nous vous recommandons d’utiliser un proxy de mise en cache ou un miroir local. L’un des outils suivants peut être installé dans une machine virtuelle.

  • Apt-cacher: Une implémentation du serveur proxy qui conserve un cache local de paquets
  • debmirror: Un outil qui crée un miroir partiel ou complet d’un dépôt Debian

Se préparer à cloner une machine virtuelle Linux

En règle générale, lors du clonage d’une machine virtuelle ou d’un ordinateur, sauf si vous généralisez l’image clonée, les attributs propres à cette machine sont dupliqués dans vos environnements. Certains des attributs uniques dupliqués lors du clonage sont l’adresse IP, le SID ou l’adresse MAC.

Par conséquent, Citrix Hypervisor modifie automatiquement certains paramètres matériels virtuels lorsque vous clonez une machine virtuelle Linux. Lorsque vous copiez la machine virtuelle à l’aide de XenCenter, XenCenter change automatiquement l’adresse MAC et l’adresse IP pour vous. Si ces interfaces sont configurées dynamiquement dans votre environnement, vous n’avez peut-être pas besoin de modifier la machine virtuelle clonée. Toutefois, si les interfaces sont statiquement configurées, vous devrez peut-être modifier leurs configurations réseau.

La machine virtuelle devra peut-être être personnalisée pour être informée de ces modifications. Pour obtenir des instructions sur des distributions Linux prises en charge spécifiques, consultez les notes de mise à jour de Linux VM.

Nom de la machine

Une machine virtuelle clonée est un autre ordinateur, et comme tout nouvel ordinateur d’un réseau, elle doit avoir un nom unique dans le domaine réseau.

Adresse IP

Une machine virtuelle clonée doit avoir une adresse IP unique dans le domaine réseau dont elle fait partie. Généralement, cette exigence ne pose aucun problème lorsque DHCP est utilisé pour attribuer des adresses. Lorsque la machine virtuelle démarre, le serveur DHCP lui attribue une adresse IP. Si la machine virtuelle clonée avait une adresse IP statique, le clone doit recevoir une adresse IP inutilisée avant d’être démarré.

Adresse MAC

Il existe deux situations dans lesquelles nous recommandons de désactiver les règles d’adresse MAC avant le clonage :

  1. Dans certaines distributions Linux, l’adresse MAC de l’interface réseau virtuelle d’une machine virtuelle clonée est enregistrée dans les fichiers de configuration réseau. Toutefois, lorsque vous clonez une machine virtuelle, XenCenter attribue à la nouvelle machine virtuelle clonée une adresse MAC différente. Par conséquent, lorsque la nouvelle machine virtuelle est démarrée pour la première fois, le réseau reconnaît la nouvelle machine virtuelle et ne s’affiche pas automatiquement.

  2. Certaines distributions Linux utilisent desudev règles pour mémoriser l’adresse MAC de chaque interface réseau et conservent un nom pour cette interface. Ce comportement est destiné à ce que la même carte réseau physique soit toujours mappée à la même interfaceethn, ce qui est utile avec les cartes réseau amovibles (comme les ordinateurs portables). Cependant, ce comportement est problématique dans le contexte des machines virtuelles.

    Par exemple, considérez le comportement dans le cas suivant :

    1.  Configure two virtual NICs when installing a VM
    1.  Shut down the VM
    1.  Remove the first NIC
    

    Lorsque la machine virtuelle redémarre, XenCenter affiche une seule carte réseau, mais l’appelle eth0. Pendant ce temps, la VM force délibérément cette carte réseau à êtreeth1. Le résultat est que la mise en réseau ne fonctionne pas.

Pour les machines virtuelles qui utilisent des noms persistants, désactivez ces règles avant le clonage. Si vous ne voulez pas désactiver les noms persistants, vous devez reconfigurer la mise en réseau à l’intérieur de la machine virtuelle (de la manière habituelle). Toutefois, les informations affichées dans XenCenter ne correspondent pas aux adresses réellement présentes sur votre réseau.

Mise à jour des noyaux Linux et des utilitaires invités

Les utilitaires invités Linux peuvent être mis à jour en réexécutant le install.sh script à partir des Citrix VM Tools pour Linux (voir Installer les Citrix VM Tools pour Linux).

Pour les distributions yumactivées, CentOS et RHEL xe-guest-utilities installe un fichier yum de configuration pour permettre les mises à jour suivantes à l’aide de yum de la manière standard.

Pour Debian, /etc/apt/sources.list est renseigné pour activer les mises à jour en utilisant apt par défaut.

Lors de la mise à niveau, nous vous recommandons de toujours relancer install.sh. Ce script détermine automatiquement si votre machine virtuelle a besoin de mises à jour et s’installe si nécessaire.

Surclassement d’invités PV à HVM

Pour mettre à niveau des invités Linux PV non pris en charge existants vers des versions prises en charge fonctionnant en mode HVM, effectuez une mise à niveau sur invité. À ce stade, l’invité mis à niveau s’exécute uniquement en mode PV - ce qui n’est pas pris en charge et a des problèmes connus. Exécutez le script suivant pour convertir l’invité nouvellement mis à niveau en mode HVM pris en charge.

Sur le serveur Citrix Hypervisor, ouvrez un shell local, connectez-vous en tant qu’utilisateur racine et entrez la commande suivante :

/opt/xensource/bin/pv2hvm vm_name
<!--NeedCopy-->

Ou

/opt/xensource/bin/pv2hvm vm_uuid
<!--NeedCopy-->

Redémarrez la machine virtuelle pour terminer le processus.

Notes de mise à jour de la VM Linux

La plupart des distributions Linux modernes prennent en charge la paravirtualisation Xen directement, mais ont des mécanismes d’installation différents et certaines limitations du noyau.

Prise en charge de l’installation graphique RHEL

Pour utiliser le programme d’installation graphique, dans XenCenter, passez par l’assistant Nouvelle machine virtuelle. Dans la page Support d’installation, dans la section Paramètres de démarrage avancés du système d’exploitation, ajoutez vnc à la liste des paramètres :

graphical utf8 vnc
<!--NeedCopy-->

![Capture d’écran de l’assistant Nouvelle machine virtuelle. Sur la page Support d’installation, la valeur graphical utf8 vnc est entrée dans le champ Paramètres avancés de démarrage du système d’exploitation.](/en-us/citrix-hypervisor/media/rhel-graphical-network-install.png)

Vous êtes invité à fournir la configuration réseau de la nouvelle machine virtuelle pour activer la communication VNC. Travaillez dans le reste de l’assistant Nouvelle machine virtuelle. Lorsque l’Assistant est terminé, dans la vue Infrastructure , sélectionnez la machine virtuelle et cliquez sur Console pour afficher une session de console de la machine virtuelle. À ce stade, il utilise le programme d’installation standard. L’installation de la machine virtuelle démarre initialement en mode texte et peut demander une configuration réseau. Une fois fourni, le bouton Basculer vers la console graphique s’affiche dans le coin supérieur droit de la fenêtre XenCenter.

Red Hat Enterprise Linux 7

Après la migration ou la suspension de la machine virtuelle, les invités RHEL 7 peuvent se figer pendant la reprise. Pour plus d’informations, reportez-vous au rapport de problème de Red Hat 1141249.

CentOS 7

Pour obtenir la liste des notes de publication de CentOS 7, consultez Red Hat Enterprise Linux 7.

Oracle Linux 7

Pour obtenir la liste des notes de publication d’Oracle Linux 7, consultez Red Hat Enterprise Linux 7.

Scientific Linux 7

Pour obtenir la liste des notes de publication de Scientific Linux 7, consultez Red Hat Enterprise Linux 7.

Debian 10

Si vous installez Debian 10 (Buster) en utilisant le démarrage réseau PXE, n’ajoutez pas console=tty0 aux paramètres de démarrage. Ce paramètre peut entraîner des problèmes lors du processus d’installation. Utilisez uniquement console=hvc0 dans les paramètres de démarrage. Pour plus d’informations, consultez les numéros de Debian 944106 et 944125.

SUSE Linux Enterprise 12

Préparer un invité SLES pour le clonage

Remarque :

Avant de préparer un invité SLES pour le clonage, assurez-vous d’effacer laudev configuration des périphériques réseau comme suit :

cat< /dev/null > /etc/udev/rules.d/30-net_persistent_names.rules

Pour préparer un invité SLES pour le clonage :

  1. Ouvrir le fichier/etc/sysconfig/network/config

  2. Modifiez la ligne qui se lit comme suit :

    FORCE_PERSISTENT_NAMES=yes
    <!--NeedCopy-->
    

    À

    FORCE_PERSISTENT_NAMES=no
    <!--NeedCopy-->
    
  3. Enregistrez les modifications et redémarrez la machine virtuelle.

Pour plus d’informations, voir Préparer le clonage d’une machine virtuelle Linux.

Ubuntu 18.04

Ubuntu 18.04 propose les types de noyau suivants :

  • Le noyau de disponibilité générale (GA), qui n’est pas mis à jour lors des versions intermédiaires
  • Le noyau Hardware Enablement (HWE), qui est mis à jour lors des versions intermédiaires

Certaines versions mineures d’Ubuntu 18.04 (par exemple 18.04.2 et 18.04.3) utilisent par défaut un noyau HWE qui peut rencontrer des problèmes lors de l’exécution de la console graphique. Pour contourner ces problèmes, vous pouvez choisir d’exécuter ces versions mineures d’Ubuntu 18.04 avec le noyau GA ou de modifier certains paramètres graphiques. Pour plus d’informations, consultez CTX265663 - Les machines virtuelles Ubuntu 18.04.2 peuvent ne pas démarrer sur Citrix Hypervisor.