Micro-apps

Concepts d’intégration HTTP

Cette section couvre les concepts de base utilisés lors de la création de votre intégration HTTP et sert de référence pour vous aider à comprendre comment les différents composants fonctionnent les uns avec les autres. Une formation approfondie sur tous ces concepts et la façon dont ils se rapportent au service de micro-apps est disponible sur le Portail de formation Citrix. Notez qu’une connexion Citrix est requise pour accéder au portail de formation Citrix.

URL et URI

Une URL (Universal Resource Location) est un ensemble de schémas qui disposent d’instructions spécifiques sur la façon d’accéder à une ressource sur Internet.

L’ URL correspond essentiellement à l’adresse d’un service ou d’une ressource sur un réseau. Chaque ressource accessible via HTTP est identifiée par une URL. Ces adresses indiquent à nos navigateurs comment et où rechercher certaines ressources.

L’URI (Universal Resource Identifier) est parfois appelé « point de terminaison ». L’URI est similaire à l’URL mentionnée précédemment, mais comporte un élément clé supplémentaire, à savoir, le nom de la ressource avec laquelle nous souhaitons interagir. Il s’agit d’une chaîne de caractères qui identifie de manière unique une ressource particulière sur le réseau. L’URI inclut l’URL de base complète (du protocole au répertoire), ainsi que la ressource réelle ajoutée à la fin.

Les URL et URI de votre application cible sont requises lors de la configuration de votre intégration HTTP initiale.

Pour de plus amples informations, consultez Intégration HTTP.

Méthodes HTTP

Les méthodes HTTP sont des verbes qui représentent les actions qu’un client peut appeler sur les données ou la ressource du serveur. Les méthodes sont utilisées pour exécuter des actions sur les ressources du serveur. Vous trouverez des informations sur la façon dont l’intégration HTTP utilise ces méthodes à la section Méthode de requête d’API

Les méthodes HTTP sont utilisées lors de la configuration du Chargement des données et des Actions de service pour charger et modifier les données associées à vos intégrations de micro-apps requises.

Créer des requêtes et des réponses HTTP

Les méthodes HTTP incluent GET, PUT, POST, DELETE, et ainsi de suite. Les requêtes HTTP indiquent au serveur les actions que le client souhaite effectuer une fois connecté à la ressource. Par exemple, le client peut afficher des données (GET), créer des données (PUT), mettre à jour des données (POST) ou supprimer des données (DELETE).

Le chemin d’accès contient l’emplacement de la ressource demandée ou l’URI. Cela comprend le nom d’hôte du serveur et l’emplacement de la ressource sur le serveur de la ressource spécifique demandée, en d’autres termes, l’URI.

Le protocole définit le langage de communication utilisé par les deux systèmes, comme HTTP/1.1 par exemple.

Les requêtes HTTP sont composées de la structure de base suivante :

  • En-têtes

    Les champs d’en-tête de la requête permettent au client de transmettre au serveur des informations supplémentaires sur la requête et sur le client lui-même.

  • Corps

    La dernière partie d’une requête est le corps ; il contient toutes les données à envoyer au serveur. Toutes les requêtes n’ont pas besoin d’un corps. Cet attribut est requis uniquement si des données sont envoyées au serveur, comme pour les méthodes POST et PUT.

  • Réponse

    Après avoir reçu et interprété un message de requête, un serveur répond par un message de réponse HTTP. Une réponse HTTP correspond aux données renvoyées au client depuis le serveur. Elle fournit au client une représentation de la ressource demandée.

Les requêtes et réponses HTTP sont utilisées lors de la configuration de l’Intégration HTTP, du Chargement des données, des Actions de service et des Écouteurs webhook pour charger et modifier les données associées à vos intégrations de micro-apps requises.

Pagination

Les méthodes de pagination sont spécifiées lors de la configuration du chargement de données, des écouteurs webhook et des actions de service. Chaque méthode de pagination requise dépend de l’intégration de l’application cible.

Pour en savoir plus sur les types de pagination utilisés dans l’intégration HTTP, consultez la section sur la pagination dans Chargement des données.

Valider les API

Il existe différentes plates-formes tierces (par exemple, Postman) qui activent un environnement sandbox approprié afin d’expérimenter vos API. De nombreuses informations sur l’utilisation de ces outils sont disponibles via la plate-forme et la documentation du programme spécifique.

Intégration HTTP et bases de données

Cette section décrit les concepts de base liés aux bases de données utilisées lors de la configuration de l’intégration HTTP à l’aide du système d’enregistrement de votre intégration cible (SoR).

Structure de base de données

Les tables de base de données sont composées d’un ensemble d’éléments de données utilisant un modèle de colonnes verticales et de lignes horizontales nommées. Chaque intersection d’une colonne et d’une ligne est connue sous le nom de cellule ou d’entité. Une table de base de données comporte un nombre défini de colonnes et peut comporter n’importe quel nombre de lignes. Chaque ligne est un enregistrement et représente une instance d’une entité. Un choix spécifique de colonnes permettant d’identifier de manière unique les lignes est appelé clé primaire.

Clé primaire

Une clé primaire est un attribut ou une colonne d’une table qui contient un identificateur unique utilisé pour identifier de manière unique chaque ligne ou enregistrement de la table. Toutes les valeurs de clé primaire doivent être globalement uniques dans la colonne et ne peuvent pas contenir de valeur NULL. Les clés primaires réduisent la redondance des données et aident à établir des relations entre les données des tables primaires et étrangères.

La clé primaire est configurée lors de la configuration du Chargement des données et des Actions de service.

Clé étrangère

Une clé étrangère représente une colonne d’une table qui pointe vers la clé primaire d’une autre table (étrangère). Les clés étrangères agissent comme un lien de référence croisée entre les tables et constituent la base de création des relations dans vos structures de données d’intégration. Les clés étrangères doivent correspondre à la clé primaire d’une autre table ou contenir la valeur NULL.

Chargement des données et Actions de service.

Relations

Les relations de base de données sont des associations entre les tables créées à l’aide d’instructions JOIN pour récupérer les données de l’intégration de l’application cible.

  • Un à un (1:1)
    une relation de table « un à un » lie deux tables où la clé primaire de la table enfant est également une clé étrangère référençant la clé primaire dans la table parente. En bref, cela signifie que la table enfant partage la clé primaire de la table parente.
  • Un à plusieurs (1:N)
    une relation « un à plusieurs » dans l’intégration HTTP lie deux tables où une clé étrangère dans une table enfant est liée à la clé primaire de la table parente.

    Relations

Les relations sont un concept central lors de la modification des tables pour créer vos micro-apps et sont utilisées lors de la création de Relations personnalisées. Vous pouvez également en savoir plus sur l’établissement de relations complexes à l’aide de l’intégration HTTP dans Créer des structures de données d’intégration approfondies.

Types de données

Les types de données sont utilisés lors de la création de votre structure de données, lors de la configuration des actions de service.

  • chaîne : séquence alphanumérique de lettres et de chiffres.
  • entier : nombre entier ; peut être positif ou négatif.
  • booléen : valeur « True » ou « False ».
  • objet : paires clé-valeur au format JSON.
  • tableau : liste de valeurs.

Les types de données sont définis et configurés lors de la configuration des Actions de service.

Requêtes SQL

Les requêtes sont envoyées au cache de données du service de micro-apps pour renvoyer et afficher les valeurs dans les pages des micro-apps. Les utilisateurs de l’espace de travail voient les données dans leur flux. La page Données est extraite du cache de données des micro-apps à l’aide de requêtes SQL.

Vous trouverez plus d’informations sur la façon d’afficher et de surveiller SQL dans vos micro-apps dans la section Détails de la page.

Ressources supplémentaires

Des ressources supplémentaires pour en apprendre davantage sur les micro-apps et l’espace de travail sont disponible sur le Portail de formation Citrix. Notez qu’une connexion Citrix est requise pour accéder au portail de formation Citrix.