Citrix SD-WAN WANOP

Optimisation de la vitesse

La plupart des implémentations TCP ne fonctionnent pas bien sur les liaisons WAN. Pour ne nommer que deux problèmes, les algorithmes de retransmission TCP standard (Selective Accusés de réception et TCP Fast Recovery) sont inadéquats pour les liaisons avec des taux de perte élevés et ne tiennent pas compte des besoins des connexions transactionnelles de courte durée.

Citrix SD-WAN WANOP implémente un large éventail d’optimisations WAN pour garder les données circulant dans toutes sortes de conditions défavorables. Ces optimisations fonctionnent de manière transparente pour garantir que les données arrivent à leur destination le plus rapidement possible.

L’optimisation WAN fonctionne de manière transparente et ne nécessite aucune configuration.

L’optimisation WAN est une fonctionnalité standard sur toutes les appliances Citrix SD-WAN WANOP.

La figure ci-dessous montre les vitesses de transfert possibles à différentes distances, sans accélération, lorsque les terminaux utilisent TCP standard (TCP Reno). Par exemple, les débits gigabits sont possibles sans accélération dans un rayon de quelques miles, 100 Mbit/s est atteignable à moins de 100 miles et le débit sur une connexion mondiale est limité à moins de 1 Mbit/s, quelle que soit la vitesse réelle de la liaison. Avec l’accélération, cependant, les vitesses au-dessus de la ligne diagonale deviennent disponibles pour les applications. La distance n’est plus un facteur limitatif.

Figure 1. Les performances TCP non accélérées chutent avec la distance

Image localisée

Remarque

Sans l’accélération Citrix, le débit TCP est inversement proportionnel à la distance, ce qui rend impossible l’extraction de la bande passante complète des liaisons longue distance et haute vitesse. Avec l’accélération, le facteur de distance disparaît, et la pleine vitesse d’une liaison peut être utilisée à n’importe quelle distance. (Graphique basé sur le modèle de Mathis, et al, Pittsburgh Supercomputer Center.)

Les performances de transfert accélérées sont approximativement égales à la bande passante de la liaison. La vitesse de transfert est non seulement supérieure à celle d’un TCP non accéléré, mais elle est également beaucoup plus constante face à l’évolution des conditions du réseau. L’effet est de faire en sorte que les connexions distantes se comportent comme si elles étaient locales. La réactivité perçue par l’utilisateur reste constante, quelle que soit l’utilisation des liens. Contrairement à TCP normal, avec lequel un WAN fonctionnant à 90 % d’utilisation est inutile pour les tâches interactives, une liaison accélérée a la même réactivité à 90 % d’utilisation de la liaison qu’à 10 %.

Avec les connexions court-courrier (celles qui tombent en dessous de la ligne diagonale dans la figure ci-dessus), peu ou pas d’accélération se produit dans de bonnes conditions de réseau, mais si le réseau se détériore, les performances diminuent beaucoup plus lentement qu’avec le TCP ordinaire.

Le trafic non-TCP, tel que UDP, n’est pas accéléré. Cependant, il est toujours géré par le régulateur du trafic.

Exemple

Un exemple d’optimisation TCP avancée est une optimisation de retransmission appelée mode transactionnel. Une particularité de TCP est que, si le dernier paquet d’une transaction est abandonné, sa perte n’a pas été remarquée par l’expéditeur jusqu’à ce qu’un délai d’expiration du récepteur (RTO) soit écoulé. Ce retard, qui est toujours d’au moins une seconde, et souvent plus long, est la cause des retards de plusieurs secondes observés sur les liens-retards qui rendent les sessions interactives désagréables ou impossibles.

Le mode transactionnel résout ce problème en retransmettant automatiquement le paquet final d’une transaction après un bref délai. Par conséquent, un RTO ne se produit que si les deux copies sont supprimées, ce qui est peu probable.

Un transfert en masse est essentiellement une seule transaction énorme, de sorte que la bande passante supplémentaire utilisée par le mode transactionnel pour un transfert en masse peut être aussi peu qu’un paquet par fichier. Cependant, le trafic interactif, comme les presses de touches ou les mouvements de souris, a de petites transactions. Une transaction peut consister en un seul paquet sous-dimensionné. L’envoi de ces paquets deux fois a un besoin de bande passante modeste. En effet, le mode transactionnel fournit une correction d’erreur directe (FEC) sur le trafic interactif et offre une protection RTO de fin de transaction à d’autres trafic.

Optimisation de la vitesse