Dépannage

Cet article contient des informations destinées à aider les administrateurs à résoudre tous les problèmes rencontrés avec Citrix Receiver pour Linux.

Problèmes de connexion

Vous pouvez rencontrer les problèmes de connexion suivants.

Impossible de se connecter correctement à une ressource publiée ou à une session de bureau

Si, lors de l’établissement d’une connexion à un serveur Windows, une boîte de dialogue présente le message « Connexion au serveur… » sans qu’aucune fenêtre de connexion ne s’affiche ensuite, vous devrez peut-être configurer le serveur au moyen d’une licence d’accès client (CAL, Client Access License). Pour plus d’informations sur le système de licences, consultez la section Système de licences.

Les connexions se soldent quelquefois par un échec lors des tentatives de reconnexion à des sessions

Il peut arriver que la reconnexion à une session avec un nombre de couleurs plus élevé que celui exigé par Receiver entraîne l’échec de la connexion. Ce problème est dû à un manque de mémoire disponible sur le serveur. En cas d’échec de la reconnexion, Receiver tente d’utiliser le nombre de couleurs initial. Sinon, le serveur tente de démarrer une nouvelle session avec le nombre de couleurs requis, en laissant la session initiale dans l’état déconnecté. La deuxième connexion peut toutefois échouer si la mémoire disponible sur le serveur est toujours insuffisante.

Impossible d’établir une connexion avec un serveur à l’aide de son nom Internet complet

Citrix vous recommande de configurer le DNS (Domain Name Server) sur votre réseau afin de pouvoir résoudre le nom des serveurs auxquels vous souhaitez vous connecter. Si le DNS n’est pas configuré, vous ne pourrez peut-être pas résoudre le nom du serveur en adresse IP. Vous pouvez également spécifier le serveur avec son adresse IP plutôt qu’avec son nom. Les connexions TLS requièrent un nom de domaine complet, et non une adresse IP.

Un message d’erreur de type « Échec de détection du proxy » s’affiche au moment de la connexion

Si votre connexion est configurée de manière à utiliser la détection automatique des serveurs proxy et qu’un message d’erreur de type « Échec de détection du proxy : erreur JavaScript » s’affiche lorsque vous tentez de vous connecter, copiez le fichier wpad.dat dans le répertoire $ICAROOT/util. Exécutez la commande suivante, où NomHôte désigne le nom d’hôte du serveur auquel vous tentez de vous connecter :

cat wpad.dat | ./pacexec pac.js FindProxyForURL <http://hostname> hostname 2>&1 | grep “undeclared variable”

Si aucune sortie n’est générée, cela signifie que le fichier wpad.dat du serveur ne présente pas de problème grave devant faire l’objet d’investigations. Cependant, si la commande génère un message de type « assignment to undeclared variable … », corrigez le problème. Ouvrez le fichier pac.js et, pour chaque variable répertoriée dans la sortie, ajoutez une ligne en haut du fichier en respectant le format suivant, où « … » correspond au nom de la variable.

var …;

Les sessions sont très lentes à démarrer

Si une session ne démarre pas tant que vous ne déplacez pas la souris, il existe peut-être avec un problème avec la génération de nombres aléatoires dans le noyau Linux. Pour résoudre le problème, exécutez un démon entropy-generating tel que rngd (basé sur le matériel) ou haveged (de Magic Software).

Suites de chiffrement à faible complexité pour les connexions SSL

Lors de l’établissement d’une connexion TLS, avec la version 13.7, Receiver pour Linux offre une suite de chiffrement par défaut plus moderne et restreinte. Si vous vous connectez à un serveur qui requiert une suite de chiffrement plus ancienne, vous devez définir l’option de configuration SSLCiphers=ALL dans la section [WFClient] d’un fichier de configuration.

Lorsque vous utilisez le protocole UDT, le message d’erreur : « La connexion à “…” a été perdue » s’affiche

Cela peut être dû au fait que la connexion transite via un routeur avec une unité de transmission maximale pour UDT qui est inférieure à la valeur par défaut de 1 500 octets. Essayez ces deux étapes :

  • Annulez l’entrée udtMSS dans $ICAROOT/config/All_Regions.ini et in $HOME/.ICAClient/All_Regions.ini
  • Définissez udtMSS = 1000 dans un fichier de configuration

Erreurs de connexion

Des erreurs de connexion peuvent entraîner l’affichage d’un grand nombre de boîtes de dialogue d’erreur différentes. Exemples :

  • Erreur de connexion : « Une erreur de protocole s’est produite lors de la communication avec le service d’authentification ».
  • Impossible de contacter le service d’authentification.
  • Votre compte ne peut pas être ajouté à l’aide de cette adresse de serveur

Un certain nombre de problèmes peuvent entraîner de telles erreurs :

  • L’ordinateur local et l’ordinateur distant ne peuvent pas négocier un protocole TLS commun. Pour plus d’informations, consultez la section Configurer et activer TLS.
  • Lorsque l’ordinateur distant requiert une suite de chiffrement plus ancienne pour une connexion TLS. Dans ce cas, vous pouvez définir l’option de configuration SSLCiphers=ALL dans la section [WFClient] d’un fichier de configuration et exécuter killall AuthManagerDaemon ServiceRecord selfservice storebrowse avant de redémarrer la connexion.
  • L’ordinateur distant demande un certificat client inapproprié. IIS ne doit « accepter » ou « demander » de certificats que pour « Citrix/Authentication/Certificate ».
  • Autres problèmes.

Problèmes d’affichage

Pourquoi ai-je des problèmes de screen tearing ?

Le screen tearing (déchirure d’écran) se produit lorsque deux images différentes (ou plus) apparaissent simultanément sur l’écran, en blocs horizontaux. Cela est plus fragrant dans les zones larges sur lesquelles du contenu est fréquemment modifié. Bien que les données soient capturées sur le VDA de manière à éviter le tearing, et qu’elles soient transmises au client de manière à ne pas introduire de tearing, X11 (le sous-système graphique de Linux/Unix) ne fournit pas de méthode cohérente permettant de dessiner sur l’écran de manière à éviter le tearing.

Pour éviter le screen tearing, Citrix préconise l’approche standard qui consiste à synchroniser le dessin de l’application avec le dessin de l’écran. En d’autres termes, attendre vsvnc pour initier le dessin de l’image suivante. Il existe un certain nombre d’options lors de l’utilisation de Linux ; elles dépendent du matériel graphique dont vous disposez sur le client et du gestionnaire de fenêtres que vous utilisez. Ces options sont divisées en deux groupes de solutions :

  • Paramètres du processeur graphique X11
  • Utilisation d’un gestionnaire de composition

Configuration du processeur graphique X11

Pour les processeurs Intel HD Graphics, créez un fichier dans xorg.conf.d appelé 20-intel.conf avec le contenu suivant :

Section “Device”

Identifier     "Intel Graphics"

Driver         "intel"

Option         "AccelMethod" "sna"

Option         "TearFree" "true"

EndSection

Pour les processeurs Nvidia Graphics, accédez au fichier dans le dossier xorg.conf.d qui contient l’option « MetaModes » pour votre configuration. Pour chaque MetaMode séparé par une virgule, ajoutez ce qui suit :

{ForceFullCompositionPipeline = On}

Par exemple :

Option “MetaModes” “DFP-0: 1920x1200 +0+0 {ForceFullCompositionPipeline = On}”

Remarque : différentes distributions Linux utilisent des chemins différents pour xorg.conf.d, par exemple, /etc/X11/xorg.conf.d ou /user/share/X11/xorg.conf.d.

Gestionnaires de composition

Utilisez ce qui suit :

  • Compiz (intégré à Ubuntu Unity). Installez « CompizConfig Settings Manager ».

    Exécutez « CompizConfig Settings Manager ».

    Sous « General->Composition », décochez « Undirect Fullscreen Windows »

Remarque : « CompizConfig Settings Manager » doit être utilisé avec précaution, car toute valeur modifiée de façon incorrecte peut empêcher le système de se lancer.

  • Compton (composant additionnel). Reportez-vous à la page/documentation principale de Compton pour de plus amples informations. Par exemple, exécutez la commande suivante :

    compton –vsync opengl –vsync -aggressive

Des touches incorrectes s’affichent lorsque j’utilise le clavier

Si vous utilisez un clavier non anglais, l’affichage à l’écran peut ne pas correspondre à votre saisie au clavier. Dans ce cas, vous devez spécifier le type et la configuration de clavier utilisés. Pour plus d’informations sur la spécification des claviers, veuillez consulter la section Contrôler le comportement du clavier.

Actualisation excessive de l’affichage lors du déplacement de fenêtres transparentes

Certains gestionnaires de fenêtres signalent constamment la nouvelle position de la fenêtre lors des déplacements, ce qui peut entraîner une actualisation excessive de l’affichage. Pour résoudre ce problème, basculez le gestionnaire de fenêtres dans un mode qui dessine uniquement les contours des fenêtres lors du déplacement d’une fenêtre.

Compatibilité des icônes

Receiver crée des icônes de fenêtre compatibles avec la plupart des gestionnaires de fenêtres, mais qui ne le sont pas complètement avec la convention de communication entre clients X.

Pour garantir la compatibilité totale des icônes

  1. Ouvrez le fichier de configuration wfclient.ini.
  2. Modifiez la ligne suivante dans la section [WFClient] : UseIconWindow=True
  3. Enregistrez, puis fermez le fichier.

Problèmes de visibilité du curseur

Il est quelquefois difficile de voir le curseur s’il est de la même couleur ou presque que l’arrière-plan. Pour remédier à ce problème, forcez l’affichage des zones du curseur en noir ou en blanc.

Pour modifier la couleur du curseur

  1. Ouvrez le fichier de configuration wfclient.ini.

  2. Ajoutez l’une des lignes suivantes à la section [WFClient] :

    CursorStipple=ffff,ffff (pour afficher le curseur en noir)

    CursorStipple=0,0 (pour afficher le curseur en blanc)

  3. Enregistrez, puis fermez le fichier.

Problèmes de clignotement des couleurs à l’écran

Lorsque vous déplacez le pointeur de la souris vers la fenêtre de connexion ou l’en sortez, les couleurs de la fenêtre qui n’est pas activée peuvent se mettre à clignoter. Il s’agit d’une limitation connue de l’utilisation du système X Windows avec les affichages PseudoColor. Dans la mesure du possible, choisissez un nombre de couleurs supérieur pour la connexion concernée.

Changement rapide de couleurs avec les affichages TrueColor

Les utilisateurs ont la possibilité de choisir 256 couleurs lorsqu’ils se connectent à un serveur. Cette option suppose que le matériel vidéo prend en charge la palette de couleurs de manière à permettre aux applications de changer les couleurs de la palette pour produire des affichages animés.

Or, les affichages TrueColor ne permettent pas d’émuler la capacité à produire des animations par le changement rapide du contenu de la palette. L’émulation logicielle de cette fonctionnalité est coûteuse à la fois en termes de temps et de trafic réseau. Pour réduire ce coût, Receiver place dans la mémoire tampon les changements de palette rapides et met seulement à jour la palette réelle au bout de quelques secondes.

Affichage incorrect des caractères japonais sur l’écran

Receiver utilise le codage de caractères EUC-JP ou UTF-8 pour le japonais tandis que le serveur applique le codage de caractères SJIS. Receiver ne procède à aucune conversion entre ces jeux de caractères. Cela peut donc entraîner des problèmes d’affichage de fichiers enregistrés sur le serveur et ouverts localement ou inversement (des fichiers locaux visualisés à partir du serveur). Ce problème concerne également les caractères japonais contenus dans les paramètres utilisés dans le passage de paramètres étendu.

Création d’une session s’étendant sur plusieurs écrans

Par défaut, les sessions en plein écran couvrent tous les moniteurs, mais une option de ligne de commande de contrôle d’affichage multi-écran, -span, est également disponible. Elle permet aux sessions en plein écran de s’étendre sur plusieurs écrans.

La barre d’outils de Desktop Viewer vous permet de passer d’une session en mode fenêtre à une session en mode plein écran, et prend également en charge le multi-écrans pour les moniteurs d’intersection. Pour de plus amples informations, reportez-vous à la section Améliorer l’expérience utilisateur.

Important : l’option -span est sans effet sur les sessions affichées dans des fenêtres transparentes ou normales (y compris dans des fenêtres agrandies).

L’option - span suit le format ci-dessous : -span [h][o][a|mon1[,mon2[,mon3,mon4]]]

Si h est spécifié, une liste des écrans est imprimée sur stdout. S’il s’agit de la valeur complète de l’option, wfica se ferme ensuite.

Si o est spécifié, la fenêtre de la session prend l’attribut de redirection override-redirect.

Attention : il est déconseillé d’appliquer cette valeur d’option. Elle doit être spécifiée en dernier recours, pour être utilisée avec des gestionnaires de fenêtres non coopératifs. Dans ce cas, la fenêtre de la session n’est pas visible pour le gestionnaire de fenêtres, ne possède pas d’icône associée et ne peut pas être réempilée. Elle ne disparaît qu’une fois la session fermée.

Si a est spécifié, Receiver tente de créer une session couvrant tous les moniteurs.

Receiver suppose que le reste de la valeur de l’option -span est une liste de numéros d’écrans. Une valeur unique sélectionne un écran précis, deux valeurs définissent des écrans situés dans les coins supérieur gauche et inférieur droit de la zone requise, quatre spécifient des écrans situés sur les bords supérieur, inférieur, gauche et droit de la zone.

En supposant que le paramètre o n’a pas été spécifié, wfica utilise le message _NET_WM_FULLSCREEN_MONITORS pour demander une configuration de fenêtre appropriée au gestionnaire de fenêtres, si celui-ci est pris en charge. Sinon, il utilise les indicateurs de taille et de position pour demander la configuration souhaitée.

Vous pouvez exécuter la commande suivante pour tester la prise en charge du gestionnaire de fenêtres : xprop -root | grep _NET_WM_FULLSCREEN_MONITORS

Si la commande ne génère aucune sortie, cela signifie que le gestionnaire n’est pas pris en charge. Dans ce cas, vous devrez peut-être utiliser une fenêtre de type override-redirect. Pour configurer une fenêtre de type override-redirect, utilisez -span o.

Pour créer une session couvrant plusieurs écrans à partir de la ligne de commande :

  1. À l’invite de commandes, entrez la commande suivante :

    /opt/Citrix/ICAClient/wfica -span h

    La liste des numéros des écrans connectés à la machine utilisateur est imprimée dans stdout et wfica se ferme.

  2. Prenez note de ces numéros d’écrans.

  3. À l’invite de commandes, entrez la commande suivante :

    /opt/Citrix/ICAClient/wfica -span [w[,x[,y,z]]]

    où w, x, y et z correspondent aux numéros des écrans obtenus à l’étape 1 ci-dessus et où la valeur unique w indique un écran unique, deux valeurs w et x définissent des écrans situés dans les coins supérieur gauche et inférieur droit de la zone requise et quatre valeurs w, x, y et z spécifient des écrans situés sur les bords supérieur, inférieur, gauche et droit de la zone.

    Important : définissez la variable WFICA_OPTS avant de démarrer selfservice ou de vous connecter à l’interface Web via un navigateur. Pour ce faire, modifiez le fichier de profil, qui se trouve généralement dans $HOME/.bash_profile ou $HOME/.profile, en y insérant une ligne définissant la variable WFICA_OPTS. Par exemple :

    export WFICA_OPTS=”-span a”

    Cette modification s’applique à la fois aux sessions XenApp et XenDesktop.

    Si vous avez déjà démarré selfservice ou storebrowse, supprimez les processus qu’ils ont démarrés pour que la nouvelle variable d’environnement prenne effet. Supprimez-les avec :

    killall AuthManagerDaemon ServiceRecord storebrowse

Je ne peux pas sortir d’une session plein écran afin d’utiliser des applications locales ou une autre session

Cela se produit car l’interface utilisateur du système client est masquée et la fonctionnalité Transparence du clavier désactive la commande de clavier habituelle, par exemple Alt+Tab, et envoie au lieu de cela la commande au serveur.

Pour résoudre ce problème, utilisez CTRL+F2 pour désactiver temporairement la fonctionnalité Transparence du clavier jusqu’à ce que le focus revienne à la fenêtre de session. Vous pouvez également définir TransparentKeyPassthrough sur No dans $ICAROOT/config/module.ini. Cela désactive la fonctionnalité Transparence du clavier. Toutefois vous devrez peut-être remplacer le fichier ICA en ajoutant ce paramètre dans le fichier All_regions.ini.

Problèmes relatifs au navigateur

Lors de l’activation d’un lien dans une session Windows, le contenu s’affiche dans un navigateur local

La redirection de contenu serveur vers client est activée dans le fichier wfclient.ini. Cette situation entraîne l’exécution d’une application locale. Pour désactiver la redirection de contenu serveur vers client, consultez la section Définir la redirection de contenu du serveur vers le client.

Lors de l’accès à des ressources publiées, le navigateur vous invite à enregistrer un fichier

Il est quelque fois nécessaire de configurer des navigateurs autres que Firefox et Chrome avant d’établir une connexion à une ressource publiée. Si vous établissez une connexion via Interface Web, il se peut que vous accédiez à la page d’accueil d’Interface Web présentant la liste des ressources. Cependant, lorsque vous tentez d’accéder à une ressource en cliquant sur une icône de la page, le navigateur vous invite à enregistrer le fichier ICA.

Pour configurer un autre navigateur à des fins d’utilisation avec l’Interface Web

Les étapes varient d’un navigateur à l’autre, mais vous pouvez configurer les types de données MIME dans le navigateur afin que le fichier $ICAROOT/wfica soit exécuté en tant qu’application d’assistance lorsque le navigateur rencontre des données de type MIME application/x-ica ou un fichier .ica.

Le programme d’installation ne prend pas en charge un navigateur spécifique

Si vous rencontrez des problèmes lors de l’utilisation d’un navigateur Web particulier, définissez la variable d’environnement BROWSER de manière à spécifier le chemin d’accès local et le nom du navigateur requis avant d’exécuter setupwfc.

Lorsque je lance des bureaux ou applications dans Firefox, rien ne se produit

Essayez d’activer le plug-in ICA.

Le plug-in ICA est activé dans Firefox, toutefois les sessions de bureau et d’application ne démarrent pas

Essayez de désactiver le plug-in ICA.

Autres problèmes

Vous pouvez également rencontrer les problèmes de connexion suivants.

Je veux savoir si le serveur a demandé à Receiver de fermer une session

Vous pouvez utiliser le programme wfica afin de consigner une entrée chaque fois que Receiver reçoit une commande de fermeture de session en provenance du serveur.

Pour enregistrer ces informations via le système syslog, ajoutez SyslogThreshold avec la valeur 6 à la section [WFClient] du fichier de configuration. Cela permet la journalisation des messages qui ont la priorité LOG_INFO ou une priorité plus élevée. La valeur par défaut pour SyslogThreshold est de 4 (=LOG_WARNING).

De même, pour que wfica envoie les informations en tant qu’erreur standard, ajoutez PrintLogThreshold avec la valeur 6 à la section [WFClient]. La valeur par défaut pour PrintLogThreshold est de 0 (=LOG_EMERG).

Reportez-vous à la documentation du système d’exploitation pour obtenir des instructions sur la configuration de votre système syslog.

Les paramètres de mon fichier de configuration ne fonctionnent plus

Pour que ces paramètres entrent en vigueur, il est nécessaire qu’à chaque entrée figurant dans le fichier wfclient.ini corresponde une entrée équivalente dans le fichier All_Regions.ini. De plus, chaque entrée figurant dans les sections [Thinwire3.0], [ClientDrive] et [TCP/IP] du fichier wfclient.ini doit disposer d’une entrée correspondante dans le fichier canonicalization.ini. Pour plus d’informations, consultez les fichiers All_Regions.ini et canonicalization.ini situés dans le répertoire $ICAROOT/config.

Problèmes survenant lors de l’exécution d’applications publiées ayant accès à un port série

Si une application publiée accède à un port série, elle peut échouer (sans nécessairement générer de message d’erreur) si le port est verrouillé par une autre application. Dans ce genre de situation, vérifiez qu’aucune application n’a temporairement verrouillé le port série ou ne l’a verrouillé sans le libérer avant sa fermeture.

Pour résoudre ce problème, arrêtez l’application qui bloque le port en série. Dans le cas de verrouillages de style UUCP, il se peut qu’un fichier de verrouillage reste en place après fermeture de l’application. L’emplacement de ces fichiers de verrouillage dépend du système d’exploitation utilisé.

Impossible de démarrer Receiver

Si Receiver ne démarre pas, le message d’erreur « Application default file could not be found or is out of date » s’affiche. Cela peut s’expliquer par le fait que la variable d’environnement ICAROOT est mal définie. Il est indispensable de définir cette variable si vous avez installé Receiver à un emplacement autre que le répertoire par défaut. Pour résoudre ce problème, Citrix vous recommande d’effectuer l’une des opérations suivantes :

  • Définissez ICAROOT comme répertoire d’installation.

    Pour vérifier si la variable d’environnement ICAROOT est définie correctement, essayez de lancer Receiver à partir d’une session de terminal. Si le message d’erreur s’affiche encore, cela signifie très probablement que la variable d’environnement ICAROOT est mal définie.

  • Dans ce cas, réinstallez Receiver à l’emplacement par défaut. Pour plus d’informations sur l’installation de Receiver, veuillez consulter la section Installer et configurer.

    Si Receiver était installé à l’emplacement par défaut, supprimez le répertoire /opt/Citrix/ICAClient où $HOME/ICAClient/platform avant de procéder à la réinstallation.

Je veux trouver le numéro de version de Citrix CryptoKit (anciennement SSLSDK) ou d’OpenSSL

Pour confirmer le numéro de version de Citrix SSLSDK ou OpenSSL que vous exécutez, vous pouvez exécuter la commande suivante : strings libctxssl.so | grep “Citrix SSLSDK”

Vous pouvez également exécuter cette commande sur AuthManagerDaemon ou PrimaryAuthManager

Dysfonctionnement des raccourcis clavier

Si votre gestionnaire de fenêtres utilise les mêmes combinaisons de touches pour fournir la fonctionnalité native, votre combinaison de touches risque de ne pas fonctionner correctement. Par exemple, le gestionnaire de fenêtres KDE utilise les combinaisons de touches CTRL+MAJ+F1 jusqu’à CTRL+MAJ+F4 pour basculer entre les bureaux 13 à 16. Si vous rencontrez ce problème, essayez l’une des solutions suivantes :

  • Le mode Translated sur le clavier mappe un ensemble de combinaisons de touches locales à des combinaisons de touches du côté serveur. Par exemple, par défaut en mode Translated, CTRL+MAJ+F1 correspond à la combinaison de touches ALT+F1 du côté serveur. Pour reconfigurer ce mappage sur une autre combinaison de touches locales, mettez à jour l’entrée suivante dans la section [WFClient] de $HOME/.ICAClient/wfclient.ini. Cela mappe la combinaison de touches locales Alt+Ctrl+F1 sur Alt+F1 :
    • Modifiez Hotkey1Shift=Ctrl+Maj sur Hotkey1Shift=Alt+Ctrl.
  • Le mode Direct sur le clavier envoie toutes les combinaisons de touches directement vers le serveur. Elles ne sont pas traitées localement. Pour configurer le mode Direct, dans la section [WFClient] de $HOME/.ICAClient/wfclient.ini, définissez TransparentKeyPassthrough sur Remote.
  • Reconfigurez le gestionnaire de fenêtres afin qu’il supprime les combinaisons de touches par défaut.

Je souhaite activer un clavier croate distant

Cette procédure garantit que les caractères ASCII sont envoyés correctement aux bureaux virtuels distants avec des configurations de clavier croate.

  1. Dans la section WFClient du fichier de configuration approprié, définissez UseEUKSforASCII sur True.
  2. Définissez UseEUKS sur 2.

Je veux utiliser un clavier japonais sur le client

Pour configurer l’utilisation d’un clavier japonais, mettez à jour l’entrée suivante dans le fichier de configuration wfclient.ini :

KeyboardLayout=Japanese (JIS)

Je veux utiliser un clavier ABNT2 sur le client

Pour configurer l’utilisation d’un clavier ABNT2, mettez à jour l’entrée suivante dans le fichier de configuration wfclient.ini :

KeyboardLayout=Brazilian (ABNT2)

Certaines touches sur mon clavier local ne se comportent pas comme prévu

Choisissez la configuration de serveur qui correspond le mieux dans la liste de $ICAROOT/config/module.ini.

Le lecteur Windows Media ne parvient pas à lire certains formats de fichiers

Citrix Receiver ne dispose peut-être pas des plug-ins GStreamer requis pour traiter un format demandé. Lorsque cela se produit, le serveur demande généralement un format différent. Il arrive parfois que la vérification de la présence d’un plug-in approprié indique à tort qu’un tel plug-in est effectivement présent. Cela est généralement détecté et entraîne l’affichage d’une boîte de dialogue d’erreur sur le serveur indiquant que le Lecteur Windows Media a rencontré un problème lors de la lecture d’un fichier. Il suffit généralement de lire de nouveau le fichier dans la session car cela entraîne le rejet du format par Receiver. En conséquence, le serveur demande un autre format ou il restitue le média lui-même.

Dans quelques situations, l’absence d’un plug-in approprié n’est pas détectée et le fichier n’est pas lu correctement, bien que l’indicateur de progression avance comme prévu dans le Lecteur Windows Media.

Pour éviter l’affichage de cette boîte de dialogue d’erreur ou l’échec de la lecture dans les sessions futures :

  1. Ajoutez de façon temporaire l’option de configuration « SpeedScreenMMAVerbose=On » à la section [WFClient] de $Home/.ICAClient/wfclient.ini, par exemple.
  2. Redémarrez WFICA à partir d’un libre-service qui a été démarré à partir d’un terminal.
  3. Lisez une vidéo qui génère cette erreur.
  4. Notez (dans la sortie de traçage) le type mime associé à la trace du plug-in manquant, ou le type mime qui devrait être pris en charge mais dont la lecture échoue (par exemple, “video/x-h264..”).
  5. Modifiez $ICAROOT/config/MediaStreamingConfig.tbl. Sur la ligne sur laquelle figure le type mime, insérez un ‘?’ entre ‘:’ et le type mime. Cela désactive le format.
  6. Répétez les étapes 2 à 5 (ci-dessus) pour tout autre format multimédia qui génère cette erreur.
  7. Distribuez ce MediaStreamingConfig.tbl modifié aux autres machines qui disposent du même ensemble de plug-ins GStreamer.

Remarque : éventuellement, après avoir identifié le type mime, il est possible d’installer un plug-in GStreamer pour le décoder.

Je veux configurer un paramètre de port série

Pour configurer un port série unique, ajoutez les entrées suivantes dans le fichier de configuration $ICAROOT/config/module.ini :

LastComPortNum=1

ComPort1=device

Pour configurer deux ports série ou plus, ajoutez les entrées suivantes dans le fichier de configuration $ICAROOT/config/module.ini :

LastComPortNum=2

ComPort1=device1

ComPort2=device2

Erreurs de configuration des connexions

Ces erreurs peuvent se produire suite à une entrée de connexion mal configurée.

E_MISSING_INI_SECTION - vérifiez le fichier de configuration « … ». La section « … » est manquante dans le fichier de configuration.

Le fichier de configuration a été modifié de manière incorrecte ou est endommagé.

E_MISSING_INI_ENTRY - vérifiez le fichier de configuration « … ». La section « … » doit contenir une entrée « … ».

Le fichier de configuration a été modifié de manière incorrecte ou est endommagé.

E_INI_VENDOR_RANGE - vérifiez le fichier de configuration « … ». La gamme de fournisseurs de serveurs X « … » du fichier de configuration n’est pas valide.

Les informations du fournisseur de serveurs X du fichier de configuration sont endommagées. Contactez Citrix.

Erreurs de configuration dans le fichier wfclient.ini

Ces erreurs peuvent se produire suite à une modification incorrecte du fichier wfclient.ini.

E_CANNOT_WRITE_FILE - impossible d’écrire dans le fichier : « … ».

Un problème s’est produit lors de l’enregistrement de la base de données de connexions ; par exemple, l’espace disque était insuffisant.

E_CANNOT_CREATE_FILE - impossible de créer le fichier : « … ».

Un problème s’est produit lors de la création d’une base de données de connexions.

E_PNAGENT_FILE_UNREADABLE - impossible de lire le fichier XenApp « … » : aucun fichier ou répertoire de ce nom n’existe.

— Ou —

Impossible de lire le fichier XenApp « … » : Permission refusée.

Vous tentez d’accéder à une ressource via un menu ou un élément de bureau, mais le fichier XenApp lié à la ressource n’est pas disponible. Actualisez la liste des ressources publiées en sélectionnant Application Refresh dans le menu View, puis tentez d’accéder à nouveau à la ressource. Si l’erreur persiste, vérifiez les propriétés de l’icône de bureau ou de l’élément de menu, ainsi que le fichier XenApp auquel l’icône ou l’élément fait référence.

Erreurs de fichiers PAC

Ces erreurs peuvent se produire si votre déploiement utilise des fichiers PAC (autoconfiguration de proxy) pour spécifier des configurations de proxy.

Échec de détection du proxy : adresse URL de configuration automatique incorrecte.

L’adresse indiquée dans le navigateur possède un type d’adresse URL non valide. Les types valides sont http:// et https:// ; les autres types ne sont pas pris en charge. Rectifiez l’adresse afin d’utiliser un type d’adresse URL valide, puis réessayez.

Échec de détection du proxy : échec du téléchargement HTTP du script .PAC : échec de la connexion.

Vérifiez si une adresse ou un nom incorrect a été entré. Si tel est le cas, corrigez l’adresse, puis recommencez. Sinon, il se peut que le serveur soit hors service. Réessayez plus tard.

Échec de détection du proxy : échec de téléchargement HTTP du script .PAC : chemin introuvable.

Le fichier PAC demandé ne se trouve pas sur le serveur. Soit vous corrigez cette erreur sur le serveur, soit vous reconfigurez le navigateur.

Échec de détection du proxy : échec de téléchargement HTTP du script .PAC.

La connexion a échoué pendant le téléchargement du fichier PAC. Rétablissez la connexion, puis réessayez.

Échec de détection du proxy : script de configuration automatique vide.

Le fichier PAC est vide. Soit vous corrigez cette erreur sur le serveur, soit vous reconfigurez le navigateur.

Échec de détection du proxy : aucune prise en charge JavaScript.

Le fichier exécutable PAC ou le fichier texte pac.js est manquant. Réinstallez Receiver.

Échec de détection du proxy : erreur JavaScript.

Le fichier PAC contient du code JavaScript non valide. Corrigez le fichier PAC situé sur le serveur. Consultez également la section Problèmes de connexion.

Échec de détection du proxy : résultats erronés provenant du script de configuration automatique vide.

Une réponse mal formulée a été envoyée par le serveur. Soit vous corrigez cette erreur sur le serveur, soit vous reconfigurez le navigateur.

Autres erreurs

Cette rubrique dresse la liste d’autres messages d’erreur courants pouvant s’afficher lors de l’utilisation de Receiver.

Une erreur s’est produite. Le code d’erreur est 11 (E_MISSING_INI_SECTION). Reportez-vous à la documentation. Fin de la session.

Lors de l’exécution de Receiver à partir de la ligne de commande, ce message signifie généralement que la description fournie sur la ligne de commande est introuvable dans le fichier appsrv.ini.

E_BAD_OPTION - l’option « … » n’est pas valide.

Argument manquant pour l’option « … ».

E_BAD_ARG - l’option « … » comporte un argument non valide : « … ».

Argument non valide spécifié pour l’option « … ».

E_INI_KEY_SYNTAX - la clé « … » du fichier de configuration « … » n’est pas valide.

Les informations du fournisseur de serveurs X du fichier de configuration sont endommagées. Créez un fichier de configuration.

E_INI_VALUE_SYNTAX - la valeur « … » du fichier de configuration « … » n’est pas valide.

Les informations du fournisseur de serveurs X du fichier de configuration sont endommagées. Créez un fichier de configuration.

E_SERVER_NAMELOOKUP_FAILURE - la connexion au serveur « … » a échoué.

Impossible de résoudre le nom du serveur.

Impossible d’écrire sur un ou plusieurs fichiers : « … ». Corrigez les éventuels problèmes de disques saturés ou d’autorisations, puis réessayez.

Recherchez des problèmes de disques saturés ou d’autorisations insuffisantes. Si un problème est détecté puis résolu, réessayez l’opération ayant généré le message d’erreur.

La connexion au serveur a été perdue. Rétablissez la connexion, puis réessayez. Ces fichiers peuvent comporter des données manquantes : « … ».

Rétablissez la connexion, puis réessayez l’opération ayant généré l’erreur.

Envoi d’informations de diagnostic à l’assistance Citrix

Si vous rencontrez des problèmes liés à l’utilisation de Receiver, le centre d’assistance technique peut être amené à vous demander de lui transmettre des informations de diagnostic. Ces informations leur permettront de tenter de poser un diagnostic et de vous aider à corriger le problème.

Pour obtenir les informations de diagnostic relatives à Receiver

  1. Dans le répertoire d’installation, tapez util/lurdump. Il est recommandé de procéder de la sorte lorsqu’une session est ouverte, et si possible, alors que le problème est présent.

    Un fichier rassemblant des informations de diagnostic détaillées est généré, comprenant les détails de version, le contenu des fichiers de configuration de Receiver et les valeurs de différentes variables système.

  2. Avant d’envoyer ce fichier au centre d’assistance, vérifiez qu’il ne contient pas d’informations confidentielles.